Comment devenir paysagiste?

Quand on parle de paysagiste, il convient de la faire la distinction entre 2 corps de métiers différents:

  • le jardinier paysagiste
  • le paysagiste concepteur

En effet, le jardinier paysagiste va intervenir directement dans votre jardin et aura le plus souvent pour mission des travaux d’entretiens, de tonte ou de taille. Le paysagiste concepteur a lui une mission de création et d’harmonisation de votre espace vert.

La formation pour devenir ingénieur-paysagiste?

En France, 3 écoles peuvent proposer une formation pour devenir Paysagiste DPLG (diplômé par le gouvernement):

  • l'Ecole Nationale Supérieure de Paysage (ENSP) à Versailles ou Marseille
  • l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture et du Paysage de Bordeaux (ENSAPBX)
  • l'Ecole Nationale Supérieur d'Architecture et de Paysage de Lille (ENSAPL)

Pour intégrer une de ces écoles, il faut passer un concours qui est commun entre les 3 écoles. Pour pouvoir le présenter, il convient d’être titulaire d’un bac + 2. Suite à la réussite lors du concours, l’étudiant devra alors valider 4 années d’études:

  • licence 3
  • master 1
  • master 2
  • post-master

La formation de paysagiste se fait lors d’un enseignement en atelier ou les étudiants sont mis en situation de projet. Il seront alors encadrés par des professeurs paysagistes mais aussi par des professionnels concepteurs. Au fur et à mesure des années et de la formation, les projets sont de plus en plus long et de plus en plus complexe. L’échange entre les différentes disciplines est très importante et les étudiants doivent pouvoir mettre en application les différentes matières étudiées (sciences humaines, géographie, écologie, enseignements artistiques, techniques de programmation et de construction...).

A la fin de leur formations, les futurs paysagistes pourront maîtriser l’ensemble des aspects permettant la réalisation d’un projet.

Il est possible de suivre la formation de paysagiste DPLG par la voie de l’apprentissage. L’accès au diplôme est aussi possible par la validation des acquis de l’expérience.